- 12/10/2019

Trop bien, les écrivains prennent un coup de jeune !





De plus en plus d'auteurs pour adultes sautent le pas de la littérature jeunesse, et c'est tant mieux.

Depuis toujours, la littérature jeunesse compte ses plumes dédiées : des conteurs historiques tels Andersen, Grimm, Perrault ; des classiques que sont devenus la comtesse de Ségur, Enid Blyton, Roald Dahl, etc. ; des auteurs contemporains à succès, de J. K. Rowling à Christopher Paolini, de Timothée de Fombelle à Erik L'Homme et Michael Morpurgo, en passant par Sophie Audouin-Mamikonian. Liste non exhaustive évidemment, tant le genre suscite de vocations. Pas étonnant, vu sa vitalité et sa bonne santé économique depuis plusieurs années. Ce qui explique sans doute pourquoi de nombreux écrivains pour adultes s'y frottent de plus en plus. Opportunisme commercial ? Sûrement, quand on voit les chiffres de ventes et la popularité "scolaire" de Michel Tournier, Daniel Pennac, Anna Gavalda et consorts. Et quel éditeur saurait refuser à Michel Bussi ou encore Joël Dicker, polardeux chouchous du grand public, de retomber en enfance comme ils l'ont fait récemment ?  

Mais c'est tant mieux, du moment que ça fait lire nos minots ! Avis, donc, aux parents fans de Stephen King qui voudraient passer le témoin : Albin Michel republie dans sa collection Wiz deux formidables romans young adult de l'Américain, Brume et Le Corps. Les inconditionnels de Delphine de Vigan n'hésiteront pas à lire à leurs enfants l'album Nadine et Robert, les poissons rouges (Michel Lafon/France Inter), drôlement bien illustré par Sess. Ceux de Claire Castillon pourront proposer à leurs ados son nouveau titre, River (Gallimard/Scripto), où il est question du harcèlement au collège. Quant à ceux qui ont adoré (comme nous) Marx et la poupée de la prometteuse Maryam Madjidi, Prix Goncourt du premier roman en 2017, ils seront bien inspirés d'offrir à leur progéniture sa très délicate version jeunesse, Je m'appelle Maryam (L'Ecole des loisirs). De là à espérer que les philosophes qui sautent également le pas, Raphaël Enthoven avec Imaginez (L'Ecole des loisirs) et Pascal Bruckner avec Les Eveilleurs de mots (Glénat), fassent des émules en culottes courtes...  

L’Express réserve cet article à ses abonnés.
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous.

1 € le 1er mois

puis 8 €/mois sans engagement

Je m'abonne

Inclus dans l’abonnement 100% numérique :

  • Accès illimité à l’application et au site
  • Le magazine en numérique la veille de sa parution
  • 10 ans d’archives numériques
  • Navigation sans publicité
  • 25 newsletters thématiques à la carte
  • 1 newsletter personnalisée
Déjà abonné(e) ? Identifiez-vous


المصدر : https://www.lexpress.fr/culture/livre/trop-bien-le...